Pages

Bonjour,

En 2008, j'ai créé ce blog sur les meules à main rotatives pour communiquer sur mon sujet de recherche et confronter mes idées avec d’autres personnes. Le but étant au final, de nourrir ainsi une réflexion globale du sujet, en vue de mon futur mémoire de Master2.

Actuellement en thèse, je travaille depuis novembre 2009 sur : "Le sarrasin dans l’histoire des populations de l’Ouest: L’impact d’une plante secondaire dans l’évolution démographique, technique, économique et sociale de la Basse-Normandie du XVe au XIXe siècle."

Les moulins manuels (Xe-XXe) - notamment pour le sarrasin à partir du XVe - restent l'un de mes sujets de prédilection. Cependant, je passe beaucoup moins de temps à les étudier qu'en Master, hormis dans les sources textuelles. C'est pourquoi ce blog n'est plus régulièrement mis à jour. Pour toutes informations sur ces périodes, je reste à votre entière disposition.

Concernant les époques antérieures (Protohistoire, Antiquité et Haut Moyen Âge), je vous conseille de vous tourner vers mes camarades du "Groupe Meule", qui sont bien plus qualifiés que moi sur ces périodes.

Cordialement,
Alain-Gilles Chaussat

jeudi 26 mars 2009

Musée du Bocage Normand, à Saint-Lô (suite)

Bonjour,

- Un moulin type SMM complet (catillus + meta) avec encore l'axe central et dont les surfaces actives sont rayonnées. On peut également observer quatre trous avec des morceaux de fer scellés au plomb sur la partie proximale du Catillus, ainsi qu’une usure importante du haut de son bord. Certainement que quelque chose venait se poser dessus. Peut-être un système pour activer le Catillus …
L'un des plus beaux spécimens du Corpus !
http://picasaweb.google.com/chaussat/C104M105STLO?feat=directlink


- Un catillus type SMM, mais dans un granite qui n'est pas de la région de Vire ou du Mortenais à première vu (n’étant pas Géologue …). On observe également une variante intéressante : avec une grosse encoche demi-circulaire sur la partie distale de celui-ci. Là encore, on peut voir une usure importante du haut du bord de ce catillus avec deux encoches. Ce qui laisse penser qu’il pouvait également y avoir quelque chose qui venait se poser sur le Catillus. (Trémie ou système pour faire tourner ???)

http://picasaweb.google.com/chaussat/C106STLO?feat=directlink



.

lundi 23 mars 2009

Moulins avec châssis en bois au musée du Bocage normand, à Saint-Lô

Bonjour,

Aujourd'hui je suis allé à St Lô pour travailler dans ce qui est certainement l'un des plus beaux musées de Basse-Normandie ! « La Ferme de Bois Jugan est un lieu de conservation, de valorisation et de promotion du patrimoine rural Saint-Lois ». Autant dire que pour un historien des techniques rurales ce musée est un rêve !
Je dois avouer que j'ai été agréablement surpris par le lieu en lui-même, qui est très agréable et vraiment bien refait. Ainsi que par la scénographie moderne et interactive avec laquelle les collections anciennes sont traitées. Quant aux collections en elles-mêmes, elles sont vraiment très intéressantes, complètes et en excellent état.
En ce qui concerne les meules et moulins à main, ils en possèdent plusieurs, mais je n'ai eu le temps de travailler que sur deux moulins avec châssis en bois pour le moment.

http://picasaweb.google.com/chaussat/101102STLO?feat=directlink
http://picasaweb.google.com/chaussat/99100STLO?feat=directlink

Je mettrai les photos des autres spécimens dés que j'aurais le temps d'y retourner, car demain je vais à Bayeux voir des meules Gallo-romaines.


Ceci étant, je conseille à toutes personnes passionnées d’Histoire rurale ou d’Histoire des techniques agricoles d’aller visiter ce magnifique musée !

dimanche 22 mars 2009

Une quinzaine de meules type SMM + des mortiers chez un antiquaire

Bonjour,

Un ami m'a signalé des meules en granite type "Saint-Michel-de-Montjoie" chez un antiquaire de la région. Cet antiquaire a accepté que j'étudie ses meules à main et que je les fasse figurer dans mon corpus.

Voici quelques photos de ma première visite.
http://picasaweb.google.com/chaussat/Antiquaire?feat=directlink

jeudi 12 mars 2009

jeudi 5 mars 2009

Probable mortier avec tête sculptée comme la meta d'Avranches

Bonsoir,
Je suis retourné au Musée du Vieux Granville ce matin pour travailler notamment sur cette pièce que j'avais entraperçue mardi.


Il ne s’agit pas d’une meule, mais vraisemblablement d’un mortier, mais qui me fait beaucoup penser à la meta octogonal avec tête d’Avranches. C’est intéressant, car après tout les personnes qui faisaient ces meules à main pouvaient certainement faire aussi d’autres objets. Et le mortier est très proche du bénitier ou de certaines metae type Saint-Michel-de-Montjoie.


Les autres photos sont ici:

http://picasaweb.google.com/chaussat/MortierGranville?feat=directlink

mercredi 4 mars 2009

Meules à main du musée du Vieux Granville

Bonsoir,

Je suis allé au musée du Vieux Granville aujourd'hui. J'ai travaillé sur deux nouveaux moulins. Il y aurait certainement des centaines de choses à dire sur ces spécimens, mais n'ayant pas le temps, je vais me contenter de vous communiquer les photos. (Sachant qu'ils seront analysés dans mon mémoire de fin d'année).

Le premier est du même type que celui d'Avranches: moulin à sarrasin avec armature en bois. J’y ai d'ailleurs (comme à Avranches) retrouvé des écorces de sarrasin. Si certaines pièces présentes sur celui d’Avranches ne le sont pas à Granville, l’armature en bois est par contre dans un bien meilleur état de conservation. Au final, le rapprochement des deux devrait nous donner une assez bonne idée du fonctionnement de ce genre de moulin à main.
Photos ici

Le second est un moulin entièrement en bois et fer. Avec des graines d’avoines (me semble-t-il) coincées dans l’œillard.
Photos ici

Sachant que j'avais déjà vue ce genre de moulin à main sur internet ici.
http://www4.culture.fr/patrimoines/patrimoine_architectural_et_mobilier/sribzh/main.xsp?execute=show_document&id=MERIMEEIA22008250


Cordialement,
Alain-Gilles Chaussat

dimanche 1 mars 2009

Meules en Calcaire du côté de Regnéville-sur-Mer

Bonjour,

Cette semaine je suis allé du côté de Regnéville-sur-Mer. Même si nous sommes toujours dans la Manche et à 60 km de Saint-Michel-de-Montjoie, il ne s’agit pas d’une région de Granite. La pierre locale est un Calcaire gris cendré avec un grain assez fin. Les gens parlent de Pierre de « Montmartin », du nom d’un petit village non loin.


J’ai donc trouvé deux meules à main réalisées dans cette pierre.

Concernant la première (ici), il s’agit d’une « Meta » ouverte (par opposition aux « Metae » en auge) avec une surface active conique et un œillard transperçant. On peut voir un éclat sur un côté qui provient d’un coup de pioche puisque cette « Meta » fut découverte de façon fortuite par un particulier qui faisait des travaux dans sa cour. A première vue, il s’agit d’une « Meta » Gallo-romaine comme j’en ai trouvé à Vieux M22.VX ; M29.VX ; … Cependant, le diamètre de celle-ci est de 30,5 cm, alors que les autres (celles de Vieux) font entre 40 et 48 cm. Ensuite, on trouve une couronne plate de 3 à 4 cm autour de l’œillard. Chose que je n’ai jamais rencontré auparavant sur ce genre de modèle. Ce qui est très intrigant, c’est le traitement des surfaces et notamment celui de la surface active. J’avoue ne pas avoir beaucoup abordé cette facette de l’étude d’une meule. De façon quasi systématique, les marques observées jusqu'à maintenant ressemblent à des petits trous. On parle communément de « Bouchardage » ou « piquetage » (Comme on peut le voir ici, sur une photo de Virginie Farget) . Or sur cette meule de Regnéville-sur-Mer, on peut voir des traces plus allongées (1 à 1,5 cm) formant un trait (ici). Enfin, sur le pourtour extérieur de la meule, on peut observer de nouveau une couronne assez lisse. On pourrait croire que cette meule vient juste d’être confectionnée.
Venant juste d’acheter un livre sur le sujet : « L’outillage traditionnel du tailleur de pierre de l’antiquité à nos jours » de Jean-Claude Bessac, je suis donc allé jeter un coup d’œil sur ce genre de traces.
Il pourrait s’agir d’un outil à percussion lancée que l’on nomme « Polka » ou du moins de l’une de ses variantes : le « marteau de moulin » servant à retailler les meules. J-C Bessac en parle dans son chapitre 4, p54 et p57. « Il s’agit d’un instrument analogue au précédent (la polka) ; il est utilisé pour donner du mordant aux meules en pierre dure et abrasive. En règle générale, ses tranchants ne dépassent pas deux centimètres de largeur ». Malheureusement, il ne parle pas de datation pour cette variante du « Polka ». Cependant dans son tableau chronologique p 103, 104, 105, on peut voir que le « polka » est utilisé à partir du Ier siècle av JC, jusqu’au IIIe siècle. Puis il ne l’est quasiment plus jusqu’au XIIe siècle où il est beaucoup utilisé jusqu’au XVe siècle. À partir de là, son utilisation semble moins importante, mais néanmoins constante, jusqu'à nos jours. Au final, ce facteur discordant par rapport aux autres meules gallo-romaines n’est pas forcément discordant par rapport à l’époque gallo-romaine en elle-même.

La seconde meule
est une « Meta » ouverte avec surface active plate et œillard transperçant. Même si cette « Meta » est ouverte, elle a un léger rebord sur la totalité du pourtour avec une petite saignée. On peut imaginer que le « Catillus » devait venir se loger à l’intérieur du rebord. Ainsi, le rebord a quasi la même fonction que les parois des « Metae » en auge. On est à mi-chemin entre la « Meta » ouverte et la « Meta » en auge. Je n’ai pour le moment jamais observé ce type de « Meta ».

Voila pour les dernières meules étudiées cette semaine !

A bientôt